Archives Mensuelles: décembre 2011

Mensonge ordinaire: perdez du poids vite !

Sur cette magnifique couverture de Elle « été », le gros titre clame « Zéro complexes, ronde et bien dans mon corps ». Accompagné d’une photo d’une femme dont on voit les côtes. J’imagine qu’on peut être ronde ET bien dans son corps, mais quand même, faire une couverture de magazine, faut pas trop en demander. On notera au passage que c’est à l’approche de l’été que les magazines féminins redoublent d’articles sur le physique, la minceur et la perte de poids… Le plus choquant étant sans doute:

Encore une fois, on peut se demander où cette femme trouvera de la graisse à perdre.

Je trouve un peu dommage de vouloir être mince uniquement pour s’afficher sur la plage, quand on pourrait vouloir une meilleure santé, un corps plus athlétique, plus confortable et avoir plus d’énergie en général. Mais je ne suis pas là pour juger. Le vrai problème, c’est que les numéros « Mince pour l’été » sont vendus en kiosque… en été.

On essaie de faire croire qu’il est possible, voir facile, de perdre une grande quantité de gras en peu de temps. N’importe quel professionnel de santé le déconseille fortement… pour de nombreuses raisons. Dans cet article je vous indique pourquoi il faut vous débarrasser lentement de votre poids excédentaire. Si jamais ces informations diffèrent trop de ce que vous avez l’habitude de lire, et que vous ne savez pas s’il faut me croire, alors rappelez vous que moi, je n’ai rien à vendre.

Pourquoi il est impossible de perdre son gras vite

Les mécanismes du corps humain ne sont pas aussi simple qu’on puisse « tricher » avec son corps. Tricher avec son corps, c’est comme pactiser avec le diable, on peut être content au début mais on finit TOUJOURS par s’en mordre les doigts…

De nombreuses personnes rapportent des pertes de poids extraordinaires sur de courtes durées de régime, comme « 3 kilos perdus en deux jours ». Si Tata Raymonde vous assure qu’elle a perdu autant grâce au régime-ananas, le régime des stars (sic), je vous l’assure, c’est uniquement qu’elle a perdu de l’eau.

Il est simplement impossible de perdre autant de poids sur une période courte. 1 kilos de gras perdu = déficit de 7500 calories. Vous fonctionnez à hauteur de 2000-2500 calories par jour. Même en ne mangeant rien, vous ne pouvez perdre qu’un kilo tout les trois jours. Deux par semaine si vous rajoutez du sport. Evidemment, c’est un calcul purement formel, car il existe beaucoup de raisons pour lesquelles il est impossible de perdre autant de poids :

1 – Il n’est pas naturel d’avoir trop faim
Vous n’êtes pas fait pour « résister à la faim ». Vous êtes humain, et toute la discipline du monde ne vous empêchera pas de vous jeter sur la bouffe qui vous semble la plus délicieuse lorsque vous « craquerez ». C’est spécialement un problème quand vous êtes habitués à trouver la nourriture grasse et sucrée « délicieuse »… Un conseil: commencez par changer ça.

2 – Votre corps vous protège contre vous-même
Votre corps est fantastique. Si vous le privez de nourriture trop longtemps, il va économiser son énergie. Traduction: vous allez être fatigué, très fatigué, et les 2000 calories quotidiennes qui vous sont nécessaire pour fonctionner vont devenir 1000 calories. Ce qui ralentit déjà par deux votre perte de poids. On appelle ça la chute de métabolisme.

3 – Vous n’avez pas que de la graisse en réserve
Allez, imaginons que vous ayez tellement envie de maigrir que vous soyez prêt à vous enfermer dans une pièce sans nourriture et à ne rien manger… Quitte à être fatigué tout le temps… C’est juste quelques jours ou semaines à passer, non ?
Le soucis c’est que votre corps ne veut pas brûler votre gras… Vous ne lui donnez plus rien a manger ! Votre corps pense que vous allez mourir de faim ! Il doit s’assurer que vous gardez des réserves ! Donc il va s’occuper de cannibaliser vos muscles à la place.
En plus de rajouter à votre fatigue, et en plus de ressembler à un sac à patate post-régime, cela comporte un inconvénient majeur: quand vous en aurez finis avec votre perte de poids, et même après être revenu en métabolisme « normal », votre corps consommera naturellement moins d’énergie… puisque vous aurez moins de muscles à alimenter… Personnellement je trouve que la nature fait très bien les choses. Votre corps s’assure de votre survie avant tout : il VEUT que vous gardiez vos réserves.

4 – L’effet rebond va vous faire très mal
Votre corps s’est donc assuré que vous brûliez le moins de calories possibles,  et qu’il y ait le moins possible de muscles à nourrir. Vous êtes donc maintenant un authentique  sac à patate qui se traîne par terre, mais c’est pas grave ! Le grand méchant gras a diminué. Joie et Maillots de bains !
Pas si vite. Votre corps pense toujours que vous êtes au milieu du désert du Sahara sans la moindre calorie disponible à portée de main. Et vous êtes encore en métabolisme réduit. Et vous avez moins de muscles à nourrir. Ce qui veut dire que si vous consommez pour une ration normale, 2000 calories, vous pouvez être sûr qu’une bonne partie va partir directement au stockage. Et ce sera comme ça jusqu’à ce que votre corps décide que vous soyez hors de danger.

En résumé: Si vous voulez mincir, prenez votre temps.

Obsession de la perte de poids rapide: Pourquoi ?

Si vous avez beaucoup de poids à perdre, posez vous la question: pourquoi aurais-je envie de perdre mon poids vite ? Votre poids est le résultat de vos habitudes alimentaires sur les trois dernières années. D’une certaine façon, il est révélateur de votre personne, de votre caractère, de vos habitudes les plus anodines.

Une personne qui se décide à perdre du poids très vite est une personne qui tout d’un coup s’est « réveillée » et ne supporte plus son regard dans la glace… Et c’est une émotion à combattre car contre-productive sur le long terme. Les gens heureux deviennent plus facilement minces, et les gens minces ne sont pas forcément plus heureux.

Donnez vous du temps, soyez indulgents envers vous-même… Il n’y a pas de réussite ni d’échec dans le contrôle du poids, il n’y a que ce que vous avez mangé au dernier repas et ce que vous allez manger au prochain. Appréciez le processus avant le résultat ! Si vous ne réussissez pas à trouver du plaisir dans la nourriture saine et équilibrée, dans la sensation après un repas d’être plus léger, dans le sentiment d’apporter les bonnes choses à votre corps et dans la bonne quantité… Alors je peux vous l’assurer, vous ne le ferez pas.

Quel est le bon rythme pour perdre du poids ?

J’aurais aimé vous donner un chiffre exact avec de nombreuses études scientifiques derrière, mais c’est impossible. Les métabolismes diffèrent trop d’une personne à l’autre pour fixer une limite idéale. C’est pourquoi la seule réponse que j’ai à offrir à cette question est: Lentement. 

Beaucoup disent que 500 calories en moins par jour est le maximum que vous puissiez supporter sans affamer votre corps (Rappel: une femme devrait consommer en moyenne 2000 calories, un homme 2500, variant selon âge, poids, activité, métabolisme, etc ). D’autres recommandent de couper 20% de vos calories, tandis que d’autres plus prudents recommandent 10%. Tout ces chiffres me semblent crédibles, mais ils présentent l’inconvénient majeur d’être justement seulement des chiffres. A moins de commencer à compter vos calories (ce qui est très efficace mais non tenable sur le long terme…) je recommande de vous fier plutôt à votre ressenti.

J’expliquerais donc dans un futur article la meilleure méthode pour perdre un excédent de poids le plus vite possible… C’est à dire pas trop vite.

Si vous voulez être minces pour frimer sur les plages cet été, j’espère que vous avez commencés l’été dernier.

Publicités

Premier bilan

Je ne m’attendais pas à un succès aussi vif et rapide pour ce blog. Des centaines de visites tout les jours, la première semaine d’existence, je n’aurais pas pu rêver mieux. Enfin, un espace d’expression pour un avis indépendant sur la nutrition et l’alimentation d’aujourd’hui !

Je m’excuse cependant pour certaines fautes de conjugaison que vous pouvez retrouver ça et là dans mes articles. Il faut savoir que je parle deux langues toute la journée, et qu’aucune des deux n’est le français. Ce n’est pas l’idéal pour améliorer mon écriture.

Bref, ce message pour vous avertir que je part cette nuit pour une semaine là-bas:

Quelque part au milieu du désert, parce que passer le réveillon en terre civilisée c’est tellement mainstream.

Deux articles seront en parution pendant mon absence, mais je serais indisponible pour approuver les commentaires et y répondre. Il faut savoir que je ne filtre aucun commentaire, mais que la validation manuelle est requise pour éviter les spams commerciaux. J’ai aussi tendance à corriger les articles post-parution, donc les versions que vous recevez par e-mail si vous êtes abonnés peuvent différer légèrement.

D’ici-là, je vous remercie pour votre lecture et vos encouragements, et passez un excellent réveillon ! Rappelez vous que les comprimés de vitamine C aident à détoxifier l’alcool le lendemain, et le bicarbonate de soude préviens les aigreurs d’estomac !

Et si vous aimez ces articles je vous invite à partager ce blog sur votre Facebook !

Pourquoi aime-t-on le gras et le sucré ?

Abandonnons un peu l’industrie alimentaire et penchons nous sur un des plus gros mythes de notre temps: les régimes.

Je voulais commencer un vaste article, mais je me rend compte que je dois avant cela parler de beaucoup de choses. Et pour commencer, l’attirance humaine envers les aliments gras et sucrés.

Pourquoi aime-t-on ce qui est calorique, le gras et le sucré ? Pour répondre simplement et sans doute en simplifiant un peu trop, il faut nous rappeler que nous sommes le produit de l’évolution darwinienne. Des centaines de milliers d’années ont forgées l’humain contemporain. Un temps pendant lequel l’accès à la nourriture étais très limité, et où celui qui mangeait le plus avait un avantage de survie, et où les hommes préhistoriques semblaient vénérer les femmes obèses. La femme très grosse est encore un fantasme pour certains hommes aujourd’hui, il suffit de se rendre dans le red light district d’Amsterdam pour en être sûr.

« Bbw » sur internet signifie ‘ »Big beautiful woman »

Ironiquement, la femme grosse était synonyme de fertilité. On en arrive aujourd’hui à un certain pourcentage de la population infertile car victime d’obèsité morbide.
Le problème vient de ce qu’en quelques centaines d’années l’accès aux calories a été facilité à l’extrême. A l’heure ou j’écris ces lignes, je peux en moins de 5 minutes descendre de mon appartement et acheter pour plus de calories que je ne peux en ingurgiter en une année (petit calcul rapide: 100 bouteilles d’un litre d’huile me suffirait largement en calories pour un an).

L’humain a-t-il le contrôle de son propre poids ?

De mon expérience, il semble que la plupart des humains n’ont pas le contrôle de leur propre poids. Placez les dans un milieu qui favorise la prise de poids, ils prendront du poids. Cet article indique qu’un touriste britannique en visite aux états-unis gagnera en moyenne 3.6 kilos en deux semaines. C’est spécialement inquiétant quand on sais combien les britanniques sont déjà proches alimentairement parlant des américains. C’est d’autant plus inquiétant si on fait le calcul suivant:

1 Kilos de gras dans le corps humain = 7500 calories (Il ne s’agit pas de gras pur, sinon ce serait 9000 calories, mais d’un mélange gras/protéines)
3.6 kilos en deux semaines = surplus de 27 000 kcals en 14 jours = 2000 calories en excès par jour

En réalité cette quantité est tellement énorme que je doute que les 3.6 kilos pris ne soient que du gras… Il y a probablement une rétention d’eau quelque part (à cause du sel de la junk food ?). Les chiffres sont ici trop hallucinants pour y croire aveuglément… Ou alors je sous-estime la capacité du touriste à se bâfrer…

Bref, il me semble évident que le consommateur moyen n’a aucun contrôle réel sur son poids. Il est donc important pour les gouvernements d’endosser leurs responsabilités vis-à-vis de la santé de leurs populations.

La génétique détermine-t-elle votre poids ?

Oui et non.
Votre morphologie et votre métabolisme peuvent faire de vous une personne accumulant facilement le gras, ou au contraire, qui brûle facilement les calories.
Dans la mesure ou la plupart des humains se laissent aller, certains seront en surpoids tandis que d’autres resteront minces.  C’est d’ailleurs pour cela que beaucoup de gens prennent du poids arrivé à un certain âge: ils n’ont jamais fait attention à leur poids et tout d’un coup le métabolisme se ralentit. Ils doivent commencer à surveiller leur apport calorique, ce que la plupart d’ailleurs ne semblent pas capables de faire.

Les habitudes alimentaires sont au final l’unique facteur réellement déterminant. Elles sont la plupart du temps formatées par le milieu dans lequel on évolue, ce qui explique également que plus d’un habitant des USA sur trois soit obèse.

Mais il ne s’agit pas de culpabiliser les gens ou de les traiter de mouton. On agit en fonction de ce que l’on sait, et l’on nous nourrit de mensonges. La pensée générale veut que l’individu soit responsable de son surpoids, ce qui n’est qu’une petite partie de la vérité.

Dans de futurs articles j’expliquerais les diverses pressions s’exerçant sur la personne cherchant à contrôler son poids, entre mensonges, méconnaissances, préconceptions, mythes et pressions psychologiques.

Je prépare également un article expliquant pourquoi les régimes ne fonctionnent pas et détaillant la seule manière correcte de mincir, c’est à dire le changement d’habitudes alimentaires. Au passage, je note que je publie cet article sur le surpoids pendant les vacances de noël… je m’en excuse platement.

Joyeux Noël 2012

En ce jour de Noël 2012, n’oubliez pas qu’il y a des alternatives moins chères et meilleures pour la santé que le foie gras.

En bon Français, rappelons nous que nous sommes l’un des quelques pays en Europe à encore avoir le droit de produire cette horreur (et 75% de la production mondiale est française). Un de mes camarades de promotion a d’ailleurs été engagé dans l’industrie du foie gras. Je pense que nos chemins n’auraient pas pu plus différer que ça. La tradition, oui, mais à quel prix ?

Si vous voulez commentez cet article, vous avez le droit de donner votre opinion sur le foie nécrosé de volaille (un organe nécrosé est un organe mort à l’intérieur d’un corps vivant), mais évitez juste les deux arguments suivants:
-Oui mais le foie gras c’est tellement bon. (Quand on vous parle éthique, ne répondez pas avec votre ventre…)
-Ahlala on peut plus rien faire ce qu’on veut même pas torturer quelques oiseaux.

En ce qui concerne ce blog, les trois prochains articles sont déjà écris et planifiés. Vu qu’on est le 25 vous devez être gavés comme des oies de nourritures diverses, les deux prochains articles traiteront donc de perte de poids.

Pourquoi vous ne devez jamais écouter votre médecin en matière de nutrition

Les végétaliens expérimentés le savent: si vous faites le choix de ne consommer aucun aliment de source animale (Laitages, oeufs, viande, poisson, miel), vous commencez d’abord par le cacher à votre médecin.

Parce que vous savez bien que la plupart des médecins vous répondront la même chose:

« Vous êtes végétalien ? C’est surement la cause de votre rhume/poignet cassé/rougeole. En effet, une alimentation végétalienne peut être source de carences, je l’ai lu sur mangerbouger.fr »

Evidemment, ce ne sera pas formulé comme ça. Le médecin sait bien que pour conserver sa clientèle, il doit avoir l’air d’un expert. Le corps humain et la biochimie sont des choses extrêmement compliquées. Quelque soit votre problème, le médecin doit avoir l’air de savoir de quoi il retourne. Il est l’autorité médicale, et vous êtes le sujet malade. Vous allez vous allonger, pendant que le médecin fait marcher sa science et va vous guérir.

Sauf qu’un médecin en France, en huit ans minimum d’étude, aura accumulé un total de huit heures de cours de nutrition (s’il ne les sèche pas…).

D’une manière générale, ne croyez jamais quelqu’un trop sûr de lui. Et quand il s’agit des domaines relatifs au corps humain, je peux vous assurer que nous n’en savons en réalité que très peu. Et le peu que l’on sait est horriblement compliqué, bonne chance pour retenir ce qui va suivre :

Représentation simplifiée des réactions biochimiques de régénération des molécules d’ATP nécessaires à votre bon fonctionnement
(Cycle de Krebs, © Wikipedia) 

Quand vous avez finit vos études, les diagrammes dans ce genre vont directement à la poubelle de votre esprit et la qualité de vos sources d’informations diminue (et pour preuve, je suis allé chercher ce diagramme sur Wikipedia). Un médecin qui, de base, ne connait rien en nutrition, va facilement ingurgiter toutes les couleuvres que l’on veut faire avaler aux professionnels de santé, notamment en allant chercher ses informations sur mangerbouger.fr.

La plupart des médecins croient encore à l’absurdité selon laquelle les produits laitiers aideraient a lutter contre l’ostéoporose, alors qu’ils en sont la cause. Combien de médecins ont empiré le cas de leurs patientes en leur conseillant de consommer plus de laitages ? (Article à venir sur ce sujet). (1)

Enfin, je peux vous fournir un bel exemple de lobbying de l’industrie alimentaire envers le corps médical. Comme vous vous en doutez, il ne s’agit pas ici du lobby des framboises ni du lobby des aubergines et du riz complet, mais d’un lobby d’une industrie bien plus profitable, le lobby laitier.

Cet excellent article des « questions composent » se moque allègrement de cette publicité, occupant une page entière d’un magasine destiné aux médecins:

Publicité vantant les bienfaits du beurre auprès du corps médical. Nous sommes en France en 2011. Et cet article se destine a des professionnels.
(© Les questions composent) 

Petite analyse de cette publicité.

« Le beurre, 20 grammes par jour »: 20 grammes correspond à quoi ? Essaie-t-on d’insinuer qu’il existe des Apports journaliers recommandés en acides gras saturés ? De qui se moque-t-on ? Alors que veut dire « 20 grammes par jour » ? Question rhétorique évidemment. Ça ne veut rien dire. La bonne quantité d’acides gras saturés recommandés par les nutritionnistes est de zéro. Mais on peut faire avaler beaucoup de choses à quelqu’un qui n’y connait rien, comme un médecin.

« Une noisette de beurre de 10 gr c’est seulement 74 kcal »: J’ai une information pour ces gens là. 74 kcal pour 10 grammes, c’est énorme. En comparaison, 10 gr de sucre de table pur, c’est seulement 40 kcal, quasiment deux fois moins de calories.

Maintenant, admirons le magnifique logo dans le coin, « Centre de recherche et d’informations nutritionnelles », ou CERIN. Ce magnifique acronyme très proche des acronymes des vraies organismes de recherche, comme le CERN, est apparemment une source fiable. Prenez le temps d’admirer leur site web. L’en-tête décrit le site en grosses lettres comme « La base de connaissances nutritionnelles des professionnels de santé ». Quel bel organisme de recherche indépendant destiné à nos médecins !

Prenez un moment pour admirer le site, puis cliquez sur le minuscule lien en haut à droite « Le CERIN ». Vous tombez sur la description suivante:

« Le CERIN, centre de recherche et d’information nutritionnelles, est le département santé de l’interprofession des produits laitiers. »

Donc, une filière des fabricants de lait associés. Evidemment. Mais ne vous inquiétez pas, on est à l’abri du lobbying en France… N’est-ce pas ?

(1) Edit: on me fait remarquer que je ne cite pas de source ici.. Une simple recherche sur google scholar: 
http://www.ajcn.org/content/73/1/118.short Etude épidémiologique.
« This suggests that an increase in vegetable protein intake and a decrease in animal protein intake may decrease bone loss and the risk of hip fracture. »

 https://www.msu.edu/~corcora5/food/vegan/calcium+protein.html Revue sur 16 sources.
« The high protein content of milk may actually contribute to the very disease that the calcium in milk is alleged to prevent […]  By consuming dairy products, you are increasing your urinary excretion of calcium. » 

Pourquoi a chaque fois que l’on mange un fast-food, on risque de mourir.

L’affaire du Quick d’Avignon a fait couler beaucoup d’encre en son temps (avant que tout revienne à la normale un peu plus tard). Il est intéressant de remarquer qu’une autre affaire, Quick qui décide de passer au tout-halal, a provoqué une polémique bien plus grande et a été source d’indignation considérable un peu partout. Comme quoi, quelques restaurants qui décident de ne plus vendre de porc, c’est tellement plus grave qu’un jeune de vingt ans en bonne santé qui décède parce qu’il a… mangé un sandwich.

Ceci peut vous tuer.

Copyright Photo: ©Quick (lol)

Résumé de l’affaire: Simple. Un jeune avignonnais mange à Quick, décède d’une toxi-infection à Escherichia Coli.

L’expertise juridique accuse Quick. Des traces de Escherichia Coli sont retrouvées à divers endroits du restaurant et sur les employés.

Quick dénonce un « dysfonctionnement local ». La fréquentation baisse quelques peu dans ce restaurant, mais c’est à peu près la seule conséquence notable qui suit la mort de ce jeune homme.

Quelques explications sur Escherichia Coli, une bactérie meurtrière.

Escherichia coli est une bactérie que l’on retrouve, pour parler vulgairement, dans la merde. Comme toute les bactéries, elle aime particulièrement se reproduire dans les chairs mortes (ce que l’on appelle dans ces restaurants, de la « viande »). Elle est « commensale », ce qui signifie qu’elle fait partie de notre flore intestinale mais n’entraîne aucun effet négatif. Il existe cependant certaines souches pathogènes de E. Coli qui peuvent entraîner des intoxications alimentaires.

La première source de E. Coli au monde est, bien évidemment, l’élevage industriel. Il faut voir les grandes fermes où la viande est produite, et son lot de bovins nourris au maïs (tellement moins cher que l’herbe, bien plus efficace pour engraisser un mammifère, quitte à les rendre malades). La fermentation du maïs dans les estomacs non adaptés des bovins est un milieu de reproduction privilégié pour E. Coli. La ferme est un milieu privilégié pour sa transmission, les bovins se chiant littéralement les uns sur les autres, et pataugeant dans leur merde.

La viande vient de là.
(Photo ©Food inc)

Le pire est à venir: Les éleveurs, allant évidemment à la solution la plus économique, font le choix depuis une cinquantaine d’années de traiter les animaux à grand renfort d’antibiotiques. Depuis une cinquantaine d’années, on leur dit que c’est très dangereux de faire ça: en plus de retrouver les antibiotiques dans le lait et la viande, on risque surtout de provoquer l’apparition de E. Coli résistantes aux antibiotiques. Ce qui signifie, pas de traitement pour les intoxications alimentaires, et des risques de mort multipliés.
C’est ainsi que des souches résistantes aux antibiotiques vont se retrouver sur certains légumes ou graines germées, quand on utilise les excréments bovins comme fumier pour des cultures bio (l’industrie alimentaire est grande championne du recyclage, tout est bon dans le cochon). D’où la crise de 2011 qui entraîna 35 morts et 3200 contaminés par E. Coli  résistante aux antibiotiques, par simple consommation de graines germées biologiques contaminées.

Mais bon, on continue de bourrer les vaches d’antibiotiques, tout simplement, parce que ça rapporte plus de sous.

Pour en revenir à Quick.

L’infection d’un restaurant ne peut avoir que deux sources potentielles:

1/ Mauvaise hygiène des employés
Des employés qui ne se lavent pas les mains après la grosse commission peuvent infecter une cuisine. Pas le temps de se laver les mains ? Des cadences de travail élevées ? Des employés non sensibilisés a l’hygiène, ou qui s’en foutent ? Le chargé de nettoyage qui utilise la même éponge pour nettoyer l’évier et les toilettes ?

2/ Infection de la matière première (le steak)
Toute personne ayant vue un abattoir le sait: le vidage des tripes d’un bovin n’est pas une science exacte. Dans la pratique, la viande se contamine tout simplement par la merde qu’elle transporte. Les rythmes imposés par le travail à la chaîne dans les abattoirs accentuent encore ce problème. Une fois qu’elle a contaminée la viande, la bactérie s’y reproduit allègrement. Il suffit ensuite d’un simple steak surgelé qui n’ait pas été chauffé à coeur à 65 degrés pour que le consommateur ingurgite le cocktail de bactéries.

La plupart des chaînes de fast-food fonctionnent en franchise: le patron du Quick est la seule personne responsable de la tenue de l’hygiène dans son restaurant. Si le restaurant perd de l’argent, c’est SON argent qui est perdu. Comme le montre cette vidéo prise chez MacDonald, beaucoup se soucient moins de petites microbes invisibles dans leurs hamburgers que de la vitesse à laquelle l’argent rentre dans le tiroir-caisse. Certes, des contrôles sont parfois effectués par les maisons-mères… Mais ils sont rares.
Certains diraient que ce sont des risques inhérents à n’importe quelle restauration. En réalité, les spécificités des fast-foods accentuent les risques: La consommation de steaks surgelés de mauvaise qualité est un danger en soi (On se rappelle l’Affaire steaks Lidl 2011 qui a intoxiqué sept enfants). Les conditions de travail de la « nourriture rapide » sont multiplicateurs de risques. Si vous voulez manger dehors ne mangez pas à risque.

Alors La prochaine fois que vous irez consommer du fast-food, posez vous les questions suivantes: Est-ce que je connais le responsable de ce restaurant en particulier ? Est-ce une personne responsable ? A-t-il les moyens de s’assurer que ses employés respectent les consignes d’hygiène ? Mon steak a-t-il été bien cuit ? Et la personne qui a découpé cet animal, je la connais ? Fait-elle bien son travail ? A-t-elle eu le temps de bien retirer la merde de la viande ? Et la vache qui était ce steak, était-elle malade ?

Si vous avez la réponse à toutes ces questions, je vous souhaite un bon appétit.

Introduction: monde de merde

Le but de ce blog est de remettre les choses à leur place.
Les gens sont malades. Partout, tout le temps. On a des épidémies de grippe quand l’hiver approche. On a 500 millions d’obèses sur terre, 1.56 milliards de gens en surpoids, et 900 millions de sous-alimentés. Mettons les choses à plat: c’est en grande partie à cause de notre alimentation occidentale que certains meurent de faim. Le lien n’est pas évident à première vue mais j’en parlerais ici.

 Les pays occidentaux sont victimes d’épidémies qui nous paraissent complètement normales. Pour rappel les trois premières causes de mortalités dans les pays « développés » sont:
1/ Les maladies cardiaques
2/ Les cancers
3/ Les maladies liées au corps médical (Erreurs de traitement, maladies nosocomiales, effets secondaires de médicaments, etc…). Cette cause est évidemment à rapprocher des deux premières.

Le diabète arrive peu après.
La plupart des gens pensent ces maladies normales, inhérentes à la condition humaine, blâment la pollution ou d’autres causes annexes. Alors que ce qui fait toute la différence en matière de santé, c’est l’alimentation. 

Pourquoi les gens ont-ils peurs de se baigner dans des eaux infestées de requins, pourquoi certains ont-ils peurs des montagnes russes de Disneyworld, alors que les chances d’en mourir sont infimes ? Pourquoi personne ne fait attention à ce qui risque réellement de tuer ?

Dans certains quartiers de Glasgow, l’espérance de vie est de 53 ans.  Il n’est en effet pas rare de voir des hommes subir des attaques cardiaques à la trentaine ou la quarantaine. Pour comparaison, l’espérance de vie en Afghanistan pendant la guerre était de 66 ans.

Chance de mourir d’un accident d’avion: 1 sur 660 000
Chance de mourir d’une maladie cardiaque: 1 sur 388
Pourquoi tellement de gens ont la phobie de l’avion mais personne n’a la phobie du beurre ?
(NB: Chiffres apparemment crédibles mais non vérifiés) 

La bonne nouvelle c’est que ce qui fait vivre mieux fait aussi vivre plus longtemps, coûte peu cher et a un bilan carbone plus faible.

Certains esprits chagrins prétendent qu’une bonne alimentation est source d’ennui ou de déplaisir. Rien de plus faux là-dedans. Tout n’est qu’une question d’habitudes de consommation. Les goûts et les attirances sont faciles et rapides à changer.

S’il ne s’agit pas forcément de vouloir vivre plus longtemps, il s’agit surtout de vivre mieux.

C’est à travers cette volonté de vie meilleure que je vous présenterais la vérité sur la nutrition, comment changer vos habitudes, et comment arriver à vos objectifs physiques désirés. Je ne vend rien, j’en ai juste ma claque de voir des pubs défiler pour « Actimel » a la télévision (Un article viendra sur cette merde en bouteille).

D’ici là, mangez simple, mangez bon.