Pourquoi a chaque fois que l’on mange un fast-food, on risque de mourir.

L’affaire du Quick d’Avignon a fait couler beaucoup d’encre en son temps (avant que tout revienne à la normale un peu plus tard). Il est intéressant de remarquer qu’une autre affaire, Quick qui décide de passer au tout-halal, a provoqué une polémique bien plus grande et a été source d’indignation considérable un peu partout. Comme quoi, quelques restaurants qui décident de ne plus vendre de porc, c’est tellement plus grave qu’un jeune de vingt ans en bonne santé qui décède parce qu’il a… mangé un sandwich.

Ceci peut vous tuer.

Copyright Photo: ©Quick (lol)

Résumé de l’affaire: Simple. Un jeune avignonnais mange à Quick, décède d’une toxi-infection à Escherichia Coli.

L’expertise juridique accuse Quick. Des traces de Escherichia Coli sont retrouvées à divers endroits du restaurant et sur les employés.

Quick dénonce un « dysfonctionnement local ». La fréquentation baisse quelques peu dans ce restaurant, mais c’est à peu près la seule conséquence notable qui suit la mort de ce jeune homme.

Quelques explications sur Escherichia Coli, une bactérie meurtrière.

Escherichia coli est une bactérie que l’on retrouve, pour parler vulgairement, dans la merde. Comme toute les bactéries, elle aime particulièrement se reproduire dans les chairs mortes (ce que l’on appelle dans ces restaurants, de la « viande »). Elle est « commensale », ce qui signifie qu’elle fait partie de notre flore intestinale mais n’entraîne aucun effet négatif. Il existe cependant certaines souches pathogènes de E. Coli qui peuvent entraîner des intoxications alimentaires.

La première source de E. Coli au monde est, bien évidemment, l’élevage industriel. Il faut voir les grandes fermes où la viande est produite, et son lot de bovins nourris au maïs (tellement moins cher que l’herbe, bien plus efficace pour engraisser un mammifère, quitte à les rendre malades). La fermentation du maïs dans les estomacs non adaptés des bovins est un milieu de reproduction privilégié pour E. Coli. La ferme est un milieu privilégié pour sa transmission, les bovins se chiant littéralement les uns sur les autres, et pataugeant dans leur merde.

La viande vient de là.
(Photo ©Food inc)

Le pire est à venir: Les éleveurs, allant évidemment à la solution la plus économique, font le choix depuis une cinquantaine d’années de traiter les animaux à grand renfort d’antibiotiques. Depuis une cinquantaine d’années, on leur dit que c’est très dangereux de faire ça: en plus de retrouver les antibiotiques dans le lait et la viande, on risque surtout de provoquer l’apparition de E. Coli résistantes aux antibiotiques. Ce qui signifie, pas de traitement pour les intoxications alimentaires, et des risques de mort multipliés.
C’est ainsi que des souches résistantes aux antibiotiques vont se retrouver sur certains légumes ou graines germées, quand on utilise les excréments bovins comme fumier pour des cultures bio (l’industrie alimentaire est grande championne du recyclage, tout est bon dans le cochon). D’où la crise de 2011 qui entraîna 35 morts et 3200 contaminés par E. Coli  résistante aux antibiotiques, par simple consommation de graines germées biologiques contaminées.

Mais bon, on continue de bourrer les vaches d’antibiotiques, tout simplement, parce que ça rapporte plus de sous.

Pour en revenir à Quick.

L’infection d’un restaurant ne peut avoir que deux sources potentielles:

1/ Mauvaise hygiène des employés
Des employés qui ne se lavent pas les mains après la grosse commission peuvent infecter une cuisine. Pas le temps de se laver les mains ? Des cadences de travail élevées ? Des employés non sensibilisés a l’hygiène, ou qui s’en foutent ? Le chargé de nettoyage qui utilise la même éponge pour nettoyer l’évier et les toilettes ?

2/ Infection de la matière première (le steak)
Toute personne ayant vue un abattoir le sait: le vidage des tripes d’un bovin n’est pas une science exacte. Dans la pratique, la viande se contamine tout simplement par la merde qu’elle transporte. Les rythmes imposés par le travail à la chaîne dans les abattoirs accentuent encore ce problème. Une fois qu’elle a contaminée la viande, la bactérie s’y reproduit allègrement. Il suffit ensuite d’un simple steak surgelé qui n’ait pas été chauffé à coeur à 65 degrés pour que le consommateur ingurgite le cocktail de bactéries.

La plupart des chaînes de fast-food fonctionnent en franchise: le patron du Quick est la seule personne responsable de la tenue de l’hygiène dans son restaurant. Si le restaurant perd de l’argent, c’est SON argent qui est perdu. Comme le montre cette vidéo prise chez MacDonald, beaucoup se soucient moins de petites microbes invisibles dans leurs hamburgers que de la vitesse à laquelle l’argent rentre dans le tiroir-caisse. Certes, des contrôles sont parfois effectués par les maisons-mères… Mais ils sont rares.
Certains diraient que ce sont des risques inhérents à n’importe quelle restauration. En réalité, les spécificités des fast-foods accentuent les risques: La consommation de steaks surgelés de mauvaise qualité est un danger en soi (On se rappelle l’Affaire steaks Lidl 2011 qui a intoxiqué sept enfants). Les conditions de travail de la « nourriture rapide » sont multiplicateurs de risques. Si vous voulez manger dehors ne mangez pas à risque.

Alors La prochaine fois que vous irez consommer du fast-food, posez vous les questions suivantes: Est-ce que je connais le responsable de ce restaurant en particulier ? Est-ce une personne responsable ? A-t-il les moyens de s’assurer que ses employés respectent les consignes d’hygiène ? Mon steak a-t-il été bien cuit ? Et la personne qui a découpé cet animal, je la connais ? Fait-elle bien son travail ? A-t-elle eu le temps de bien retirer la merde de la viande ? Et la vache qui était ce steak, était-elle malade ?

Si vous avez la réponse à toutes ces questions, je vous souhaite un bon appétit.

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi a chaque fois que l’on mange un fast-food, on risque de mourir.

  1. Objectivité: 0/20 dit :

    http://eparsa.com/index.php/actus/actualite/2079-bacterie-e-coli-le-soja-germe-contamine.html

    Je cite: « Les graines germées misent en cause proviennent toutes de la même ferme bio à Bienenbüttel, un petit village à 80 km au sud de Hambourg. L’exploitation existe depuis 33 ans et s’est spécialisée dans la production de ces graines riches en vitamines et protéines et fournit les restaurants. Les pousses servent de garnitures dans les sandwiches ou accompagnent les salades. L.A »

    Comme quoi, ça arrive à tout le monde….

    • Ouais… Et comment E.Coli s’est retrouvé sur ces graines ? Curieux que les médias n’aient pas voulu expliquer que les graines ont étés contaminées par de l’engrais de fumier bovin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :