Un exemple d’habitude alimentaire

Petit exemple d’habitude alimentaire et analyse de ses conséquences. Attention, j’utilise dans cet article le terme « perte de poids » car une majorité de gens ont plutôt du poids à perdre qu’a prendre, mais ce que j’explique est bien sûr valable dans l’autre sens…

Je suis de cette catégorie de gens de nature à compenser par la nourriture quand les choses vont mal. Imaginons que j’ingurgite, en plus de ma ration calorique quotidienne, environ 500 kcal de nutella en cas de petite déprime (soit un peu moins de 100 grammes)

Pour vous aider à vous représenter, c’est un peu plus du tier du plus petit format de pot de nutella représenté ici. On l’a tous fait.

Maintenant, imaginons que je sois au contraire le type de personne qui, en cas de déprime, ais « l’appétit coupé ». Le soir, pendant mon repas de 1000 calories (Je fonctionne à 2500 kcal et en bon français j’ai l’habitude de manger plus le soir) je ne mange que la moitié de mon assiette. Cela me fait un déficit calorique de 500 kcals.

Situons une petite déprime deux fois par mois (si vous n’avez pas un petit coup de blues au moins deux fois par mois c’est soit que vous n’avez pas une vie intéressante… soit que vous êtes Bouddha).

La différence calorique théorique entre les deux versions de moi-même énoncées est de 1000 calories fois 24 déprimes = 24000 calories = 3,5 kilos par ans, ou 7 kilos en deux ans. Ça fait une belle différence au final, pour une habitude qui prend place seulement deux fois par mois.

Evidemment, ce calcul reste pure théorie (Déjà parce que je ne mange plus de nutella). Mais on peut en retenir la leçon suivante:

Même les plus petites habitudes, sur le long terme, comptent. Si vous essayez de perdre du poids, il ne faut pas vous faire crever de faim ! Il faut être patient et s’imposer une discipline, point trop stricte mais permanente, grâce à la modification des habitudes alimentaires. C’est la seule manière vraiment efficace et permanente d’avoir le contrôle sur son poids.

Pensez à toutes les occasions et à vos habitudes, qui interviennent deux fois par mois mais qui vous rajoutent des calories que vous ne sentez pas passer. Deux bières avec des amis ? 500 kcal. Un restaurant avec des portions un peu plus grandes ? 500 kcal supplémentaires. Soirée télé-grignotage ? Même chose.

Et ça marche aussi dans l’autre sens: vous habitez au prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur ? 500 kcal en moins par semaine. Vous courez le dimanche ? Idem. Vous rentrez à pied plutôt qu’en bus ? Etc.

Attention, mon but ici n’est pas que vous vous enfermiez chez vous à faire de la corde a sauter et à manger uniquement du riz ! Il s’agit juste d’un conseil simple si vous souhaitez contrôler votre poids: Sans vous prendre la tête, faites attention à vos habitudes, et changez les au besoin. On peut aussi passer un bon moment entre amis en buvant de la badoit (sinon, changez d’amis).

Et enfin une dernière chose: Après avoir changé vos habitudes, quand vous aurez effectivement minci… Et bien gardez les.

Publicités

17 réflexions sur “Un exemple d’habitude alimentaire

  1. Tieu dit :

    moins de deux coups de blues par mois : une vie pas intéressante ? je trouve ce postulat… particulièrement triste. (j’ai vérifié, je ne suis pas un Bouddha) Et puis, pour un type qui voudrait remettre les choses à plat sans faux semblants, je trouve ton article un peu léger : les 7 kg de différence annoncés sont ceux entre deux compulsions alimentaires opposées (aussi mauvaise l’une que l’autre, puisque compulsives) : ok, ça marque plus les esprits que 1,25 kg/an. mais n’est ce pas prendre un tout petit peu les gens pour des cons ?
    Que ça ne serve qu’à introduire ton propos sur les petites habitudes qui font une vraie différence sur le long terme (ce qui est la stricte vérité), j’en convient… Mais pour rester crédible et légitime dans ta démarche, reste rigoureux 😉

    • Ce n’est qu’un exemple évidemment, je n’ai pas compté combien de fois par an un individu lambda avait une compulsion alimentaire pro-nutella (encore que 24 fois par ans me semble un chiffre bien faible). Après le propos ici n’est pas de dire si manger du nutella c’est bien ou mal, mais seulement de faire des maths. J’aurais peut-être du en effet me creuser un peu la tête pour trouver un exemple plus général…

      • Le trolleur Masqué dit :

        Les maths ne sont qu’une opinion.

        Et puis moi ce que je retiens de ça :
        « Pensez à toutes les occasions et à vos habitudes, qui interviennent deux fois par mois mais qui vous rajoutent des calories que vous ne sentez pas passer. Deux bières avec des amis ? 500 kcal. Un restaurant avec des portions un peu plus grandes ? 500 kcal supplémentaires. Soirée télé-grignotage ? Même chose.

        Et ça marche aussi dans l’autre sens: vous habitez au prenez les escaliers plutôt que l’ascenseur ? 500 kcal en moins par semaine. Vous courez le dimanche ? Idem.  »
        C’est que si ce ne sont que des maths, le total est zéro. Donc c’cool.

        Du coup je me demande… si on mange une barre chocolatée en courant, est-ce ça revient à ne rien manger en restant immobile? Et si je mange une cacahuète quand je me mouche le nez, je gagne ou je perds du poids? (il faut calculer aussi l’effort de sortir le mouchoir de la poche). Et s’évertuer à manger des cacahuètes en les lançant en l’air et en les rattrapant, ça peut compter comme régime?

        (Avoue, je t’avais manqué.)

      • « Les maths ne sont qu’une opinion. »

        J’avoue qu’en une phrase tu fais fort dans la bêtise…

  2. Sophie dit :

    Je suis super contente parce que c’est exactement ce que je suis en train de faire!
    Je modifie et je réfléchis. Parce que la nourriture est trop tentante en général mais il suffit de faire preuve d’un peu de logique, de bon sens pour réussir à perdre du poids facilement. Bon je sais pas si c’est le cas pour tout le monde mais pour moi ca marche même si je me gave de fruits/légumes. Et j’ai pas faim! Ah oui je conseille aussi aux gens de pas acheté tout simplement trop de choses à grignoter.. Rien chez soi ? Pas de prise de poids ! Oui j’avoue c’est un peu extrême comme solution mais je me sens pas plus mal avec.
    Par contre pour l’alcool je crois que j’aurais toujours un peu de mal… J’aime trop ca.
    Et le nutella je refuse d’acheter un pot depuis que j’ai regardé le nombre de calories à la portion…
    Super article Sam 🙂

  3. Belgarel dit :

    J’ai pas une vie intéressante. ^_^
    M’enfin, même s’il m’arrive environ une fois tous les deux mois de vouloir changer mes habitudes ponctuellement et manger comme un porc (soirée-série-canapé avec 2L de coca et deux paquets de chips, plus des pistaches et des graines de tournesol), je n’arrive pas à prendre du poids sur le long terme pour autant.
    Faudrait peut-être que je mette plus d’huile. Ou que je reprenne la viande et les œufs ?

    Su vous cherchez un truc à grignoter en grandes quantités au cours des soirées-déprime, franchement, un tiers de pot de nutella ne va pas vous satisfaire. Pour de grandes quantités, trouvez-vous un aliment sain qui se conserve longtemps, et que vous pourrez garder spécifiquement pour ces occasions-là. Personnellement, je pense qu’une dizaine de paquets de galettes de riz soufflé (trouvable au rayon bio), c’est peut-être un peu cher, mais par rapport à Dukan, ça paye – et ce côté croquant, répétitif, insatiable, ça peut séduire un frustré qui mâchonne ses colères.
    Je ne supporterais plus le Nutella. Trop pâteux quand on n’en a plus l’habitude. Et une fois qu’on se l’est sorti de la bouche, on le sent, ce goût de sucre, et on ne le regrette pas.

    Enfin, personnellement, c’est peut-être une affaire de sentiments personnels, mais les mathématiques des calories, c’est une comptabilité que je trouve pointilleuse, pénible, culpabilisante, odieuse, tout cela me répulse. Transformer un aliment en un chiffre, en un morceau de gras+sucres, certains appellent cela savoir ce qu’on mange, mais moi je trouve que c’est assassiner tout principe de plaisir dans la bouffe (ne serait-ce que pour la beauté du blé, la poésie du poireau), et se pourrir la vie le temps d’un achat.
    Pour un gars qui passe son temps à regarder des étiquettes en fuyant l’aspartame et les bouts de cadavre, ça fait peut-être bizarre de dire ça, mais je pense qu’il y a deux types de démarches face à ce qu’on pourrait appeler « la surveillance de l’alimentation » : chercher des nutriments, et compter des calories. Comptabiliser au gramme près ce qu’on met dans son assiette, faire des multiplications en rayon, reposer ça en disant « J’vais grossir », surtout quand on n’est pas en surpoids, c’est moche.

    Changer ses habitudes alimentaires, oui. Changer les aliments en nombres, non. Tout le paradoxe de l’art de la nutrition est là – et cet article flirte avec des aspects que je n’aime pas.

    • Mmmmmh encore une fois je pense avoir mal éclairci mon propos… Bien sûr que le calcul aux calories est une chose risquée (encore qu’efficace dans les cas extrêmes), mais l’intérêt de l’article n’est pas de demander à chasser les points, il s’agit juste de faire le point sur ce qui fait réellement grossir ou maigrir. Les mathématiques aident.

      Sinon, un paquet de galettes de riz = environ 350 kcal, ou 29 kcal par galette.

  4. l'elfe dit :

    « Les maths ne sont qu’une opinion » lolilol
    Alors que les autruches c’est moche, ça c’est objectif

    Bon cela dit, pour avoir étudié les systèmes de satiété
    Il est parfaitement exact qu’un TRES léger excès de calories par rapport aux calories dépensées, peut à la longue entrainer un surpoids
    Par exemple, en cours de neuroendocrinologie, j’avais calculé qu’en mangeant un yaourt par jour EN PLUS de sa ration calorifique quotidienne, on prenait 5 kg par an (je suis plus sure des chiffres, mais c’était de cet ordre).

    Cela dit la satiété, pour peu qu’elle ne soit pas déréglée, est quelque chose de relativement bien foutu
    Normalement, si on ne dérègle pas ses systèmes neurologique et endocrine, en mangeant n’importe comment, la satiété remplit son rôle et empêche de manger au-delà de ses besoin, du moins a moyen terme – c’est à dire qu’on peut manger davantage un jour, et le jour suivant on mangera moins (ainsi je n’ai pas pris ni perdu de poids depuis plusieurs mois, alors que je change d’habitudes tout le temps, aussi bien pour l’alimentation que l’activité physique)
    Mais le système de faim/satiété peut se dérégler, à cause de facteurs psychologiques, mais aussi de certains aliments, éléments chimiques, etc. Par exemple les sucres rapides augmentent l’appétit. Et la satiété n’a rien d’absolu, elle dépend de plein de choses, comme la disponibilité des aliments, leur attractivité, etc. D’ou les problèmes de surpoids liés à l’abondance de produits très caloriques et à la non-consommation de produits non transformés.

  5. identitools dit :

    Je viens de finir un pot de croustinut, je me sens sale 😀
    (mais c’est tellement bon & vegan & calorique…)

  6. ali dit :

    Concernant la perte de poids durable, que penser des résultats présentés ici: http://www.nytimes.com/2012/01/01/magazine/tara-parker-pope-fat-trap.html?pagewanted=1&_r=3

  7. Gato dit :

    Salut !

    J’ai diffusé ton blog auprès de personnes omnivores entre autres. Et les omnivores veulent des informations dans un contexte neutre. -_-. Par exemple, mes remarques sur la diététique n’ont pas été prises au sérieux car mon pseudo et ma façon d’écrire… faisait trop voir que j’avais pas un avis neutre sur la question. Et ton blog n’a même pas été ouvert, je pense parce-que le titre, c’est nutritionvegane.
    Du coup, j’ai pensé qu’il faudrait peut-être changer le nom de ton blog en « ce que l’on ne vous dit pas sur la nutrition », chose du genre.
    Bonne continuation.

  8. l'elfe dit :

    pas con je m’etais fait la meme remarque. plus qu’a faire une nouvelle banniere, mais il faudra attendre un peu car je suis dans une de ces rares contrees ou le wifi n’existe pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :